Partagez | .
 

 La drogue est le nomadisme de l'exclu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Winemina Lullaby Vodyakov
▌BORN TO BE WILD▐
I will not bow

avatar
Avatar : Mary-Kate Olsen
Localisation : Oslo
Messages : 9
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 26

MessageSujet: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Lun 24 Juin - 23:27


Winemina Lullaby Esfir Vodyakov
feat. Mary-Kate Olsen



Prénom Nom :
Winemina Lullaby Esfir Vodyakov

Surnom :
Win ou Esfir

Date de naissance / Age :
24 ans née le 18.06.1999

Lieu de naissance :
Londres

Nationalité :
Anglo-Russe

Statut marital:
Célibataire

Métier :
Serveuse dans un bar à l'occasion chanteuse, mais son vrai métier, c'est dealeuse.

Groupe du personnage :
Mafia rouge

Ligne de conduite :
Ne jamais laisser échapper de preuve tangible (ni texto, ni morceau de papier, tout doit être retenu dans la tête).




Caractère et physique

Mon point faible, c'est ma dépendance. Lorsque j'ai eu quinze ans, j'ai voulu essayé des drogues, pour me sentir plus grande, pour rigoler, pour le délire. Bref vous l'aurez compris, j'ai voulu essayer en prenant la chose à la rigolade. J'ai prisé de la coke, une fois, deux fois, trois fois, et chaque fois, la dose était un peu plus forte. Puis peu à peu, je m'y suis accoutumée, et j'ai essayé d'autres choses. Et je suis devenue dépendante à toutes ces m*rdes. Mon point faible ? Je ne tiens pas plus d'une journée sans prendre une dose de quoique ce soit. Et moins c'est fort, moins je tiens.
Mon point faible, c'est ma dépendance. Lorsque j'ai eu quinze ans, j'ai voulu essayé des drogues, pour me sentir plus grande, pour rigoler, pour le délire. Bref vous l'aurez compris, j'ai voulu essayer en prenant la chose à la rigolade. J'ai prisé de la coke, une fois, deux fois, trois fois, et chaque fois, la dose était un peu plus forte. Puis peu à peu, je m'y suis accoutumée, et j'ai essayé d'autres choses. Et je suis devenue dépendante à toutes ces m*rdes. Mon point faible ? Je ne tiens pas plus d'une journée sans prendre une dose de quoique ce soit. Et moins c'est fort, moins je tiens.
Physiquement, je ne me considère pas comme une fille moche, je sais que certaines fois, on se retourne sur mon passage, mais je ne me considère pas non plus comme une bombe. Simplement, je me trouve mignonne, mais assez banale pour passer ina perçue dans une foule. Blonde, les yeux clairs, je passe trés bien inaperçue chez les russes comme chez les nordiques. Malheureusement, pour moi, comparée à tous ces géants, je suis toute petite. Même avec mon mètre soixante huit, je n'atteins pas la moyenne nationale.



Mon histoire commence ici

C'était en 1996. Ari Vodyakov était un jeune homme de vingt-neuf ans, lorsqu'il revint en Angleterre pour la première fois depuis dix ans. Il y avait déjà été pour sa première année d'étude. Il était alors étudiant de première année d'histoire, un étudiant d'Erasmus parmi tant d'autres. Il revint, donc, à Oxford, une ville qui lui avait beaucoup plu, et dans laquelle il avait passé d'excellents moments. Il savait qu'en arrivant là-bas, il pourrait contacter quelques anciens amis anglais, et logeait d'ailleurs chez l'un d'eux, un certain Simmon Wales, une jeune anglais issu d'un milieu bourgeois, mais qui loin d'être coincé était la joie de vivre incarnée. C'est lors d'une soirée chez Simmon, au cours de cet été 1996, que Ari rencontra Laylee O'Peters, une étudiante de 24 ans logée à deux rues de chez Simmons, dans une chambre de bonne de sept mètres carrés, qui passait sa vie entière à fuir cet endroit exigu. Des deux mois ou Ari resta en Angleterre, ils ne se quittèrent plus. Puis Ari du repartir. Mais ils s'écrirent, lettres après lettres. Une par jour pendant six mois, et il revint s'installer en Angleterre en Février 1997. Il prirent un appartement minuscule qui leur suffisait, ils vivaient surtout d'amour et d'eau fraîche. Au bout de quelques mois seulement, Laylee énonça son désir d'avoir un enfant, Ari, fou d'amour pour elle ne refusa pas. Après trois fausses couches successives, Ari et Laylee consultèrent un médecin. Et finalement, au début de l'été 1999, naquit une petite fille. Moi.


un éclat de rire, vient consoler tristesse
Comme un souffle avenir, vient raviver les braises
Comme un parfum de soufre, qui fait naître la flamme
Jeunesse lève-toi.


Je suis née le 18 juin 1999 à Londres. Mes parents avaient trouvé un appartement avec une deuxième chambre. Mon père avait trouvé du travail dans la 'finance' -oui oui, avec un master en histoire- qui lui rapportait gros. En fait, dans cette branche de la finance, peut importaient réellement les études. Il suffisait d'avoir de gros bras et un peu de plomb dans la cervelle pour s'en sortir.
Ca pour s'en sortir, il s'en sorti. J'avais à peine trois ans, lorsque que son boss lui demanda d'emménager à Oslo afin de faire fleurir leur commerce de l'autre côté de l'atlantique. Mon père accepta, et nous partîmes pour la Norvège.


Like a true nature's child
We were born, born to be wild
We can climb so high
I never wanna die


Je ne me souviens pas de grand chose avant mes sept ans. Qui se souvient de grand chose, après tout ? Quelques images, une odeur, un son, mais rien de plus. Des amis et des photos, ils sont les souvenirs de notre enfance qui vivent près de nous.
Je me souviens que l'année de mes six ans nous avons déménagé. Nous avons quitté la maison bleue pour arriver dans un immeuble. Mais je ne pourrais pas vous donner l'adresse de cette villa non plus que celle de l'appartement ou nous avons emménagé. Je me souviens de l'école à cette époque là de ma vie aussi.. Bref, rien de vraiment très passionnant. Je m'étais prise d'affection pour un jeune chat de gouttière avec la peau sur les os, qui avait fait pitié à ma mère qui avait accepté de l'adopter, me jurant que c'était la première et la dernière fois ! Je l'avais appelé Frixor, et c'était mon meilleur ami. Je lui racontais toutes mes misères, tous mes petits secrets, comme les fois ou j'allais jouer à la grande dans le bureau de papa et que je lisais ses papiers sans bien comprendre.
Et puis... trois ans plus tard, mon père devait travailler toute la journée et ma mère était en réunion au bureau. C'était un jour ou je n'avais pas école, alors mon 'oncle' -un très bon ami de mes parents- me gardait chez lui. Ce jour-là, il m'avait emmenée faire le tour d'un parc d'attractions. J'étais contente, ça oui ! Mais je ne me doutais pas de ce que je trouverais en rentrant chez. La plus grosse surprise de toute ma vie. BANG BANG !


Bang bang, he shot me down
Bang bang, I hit the ground
Bang bang, that awful sound
Bang bang, my baby shot me down.


L'ascenseur était arrivé à mon étage, toute éxitée à l'idée de montrer mon dauphin-ballon à mes parents, je tirais sur le bras de mon oncle. Quand nous arrivâmes devant la porte, celui-ci tira d'un coup sec sur mon bras, ce qui provoqua la réaction qu'il attendait, je me tus, et me tournai vers lui. Il me fit signe de ne pas faire de bruit et d'aller me cacher. Il poussa la porte entrouverte, et avança de quelques pas. Ne tenant plus à attendre toute seule dans le couloir alors que mes parents m'attendaient, je le suivis, et... sur le sol du salon, deux corps ensanglantés gisaient aux pieds de mon oncle qui les fixait l'air incrédule.
- Maman ? Papa ?!
Silence.. rien...
- Oncle Pietr ? Ils sont... morts ?
Pietr ne me regardait pas. Les yeux rouges de ne plus se fermer, secs et grand ouverts... Il fini par se tourner vers moi et me demander d'aller jouer dans ma chambre, pendant qu'il s'occupait de ça. Un quart d'heure plus tard, la police débarquait à mon domicile, et examinait les lieux, tout jusqu'au moindre recoin de l'appartement fut fouillé. La conclusion fut : règlement de compte d'un gang quelconque. La routine. Ils n'avaient rien trouvé concernant le 'travail' de mon père, mais les trois balles ne trompaient pas. Deux dans le cœur une dans la tête. Exécution sommaire.
Connaissant les risques du métier de mon père, ma mère et lui avaient laissé au notaire un testament qui me léguait tous leurs biens et toute leur fortune que je ne pourrais toucher qu'à partir de mes dix-huit ans, et désignant Pietr comme mon tuteur.
Celui-ci ne se fit pas prier. Et m'accueillit chez lui dans le Bronx, à bras ouverts.


N'entends-tu pas ce soir
chanter le chant des morts ?
Ne vois-tu pas le ciel
à portée des doigts ?


Là-bas, j'y ai apprit des choses que mon père aurait refuser de me montrer. Pietr m'a laissé m'inscrire dans des cours de boxe. Et il m'a apprit comment bloquer des coups, petit à petit. Plus je grandissais, plus j'en apprenais. Tous les soirs, nous avions nos séances d'entraînement. Cette pratique s'était instaurée d'elle-même petit à petit. Je souhaitais lui montrer ce que j'avais appris, et lui me complétait tout ça. Puis nous avions fini par essayer de nous battre vraiment -du moins, pour moi-. Pietr m'avait fait comprendre dès la mort de mes parents, qu'il allait falloir que je grandisse très vite. Parce que je vivais dans un monde ou la fantaisie m'avait été permise à tord. Désormais elle n'avait plus sa place. Mes parents étaient morts parce que mon père était un trafiquant d'armes, de drogues, et un proxénète. Du moins, pas lui directement, mais son patron. Mon père, Ari, ne s'occupait réellement que des exécutions pour ce type-là.
Bref, j'avais dix ans, et je savais la vérité, c'était en partie la raison pour laquelle j'avais voulue apprendre des sports de combat. Pietr loin de protester m'avait encouragée, lui aussi faisait partie de ce monde, et il savait que je finirais par y entrer. Il me connaissait assez pour savoir que j'avais la rancune tenace et que je refuserais de laisser le crime de mes parents impuni. Même du haut de mes sept ans. Je voulais devenir une tueuse, pour tuer Tulio, et venger mes parents.


Growing up, growing up,
Looking for a place to live
My ghost likes to travel so far in the unknown
My ghost likes to travel so deep into your space


A quinze ans, j'ai essayé mes premières drogues, juste pour le fun. Puis j'ai réessayé encore et encore, et maintenant je suis dépendante. Mais entre temps, il s'est passé pas mal de choses.
Jusqu'à mes dix-huit ans, j'ai eu une adolescence à peu près normale. J'étais un peu paranoïaque. J'avais peur, peur que Igor n'essaye de me retrouver, et je regardais sans arrêt par dessus mon épaule. Ne supportais aucun contact physique avec une autre personne. Parfois, il arrivait que quelqu'un me tape sur l'épaule dans un supermarché, parce que j'avais fait tombé mes clefs, et que cette personne se retrouve directement en clef de bras... Après quoi, présentant mes plus plates excuses, je m'en allais la tête basse, humble et navrée pour cette personne qui n'avais absolument rien demandé.
J'avais seize ans quand j'ai été attrapée avec de la coke sur moi, pour la première fois. Pietr s'acquitta de la caution, et me signala, que j'aurais à lui rembourser ce genre de conneries. Il avait toujours été clair qu'il payait tout ce qui touchait à mon éducation et à mon bien être, mais qu'il ne voulait pas cautionner les conneries que je pouvais bien faire, et encore moins celles qui me rapprochaient de la cause de la mort de mon père.


I don’t care if you don’t mind
I’ll be there not far behind
I will dare keep in mind
I’ll be there for you


J'ai eu mon premier tatouage la même année, sur l'avant bras gauche. Mon piercing à la lèvre inférieure peu après. Puis mes dix-huit ans arrivèrent bien assez tôt, j'étais déjà embrigadée dans une sorte de mini trafic de drogue. Comme je commençais déjà à être dépendante, j'achetais de grosses quantités, recoupait une partie avec diverses choses qui passaient inaperçues, et revendais ça plus cher que je ne l'avais touché. Parfois, pour acheter encore moins cher, je partageais les frais avec des collègues à moi.
Amund majeur et vacciné -quoique...-, nous avait obtenu une arme à chacun (Dino, lui et moi-même). Et une fois de plus, ma dégaine de droguée attirant l'oeil, je fus arrêtée par les flics et conduite au poste quand ils eurent trouvé mon revolver. J'étais dépitée. Je ne l'avais pas depuis une semaine que déjà, j'étais contrôlée, arrêtée, embarquée... Cette fois-ci, une caution ne suffit pas. Je fus jugée par un tribunal pour mineurs et condamnée à deux mois de prison pour mineurs. Cette fois-là, c'était vraiment pas de chance.
C'est un épisode de ma vie que je garderais sous silence tellement il est douloureux, et encore empreint en moi. Un jour, peut-être je serai capable de vous en parler.
J'avais encore dix-huit ans, quand je sortis et Pietr m'emmena dans une banque ou il fit ouvrir un coffre fort. A l'intérieur, les objets de valeur et importants de mes parents. Leur argent se trouvant sur un compte sécurisé. Parmi les différents objets, quelques archives de mon père, des bijoux de ma mère. Notamment cette salamandre en argent incrustée d'émeraudes qu'elle portait souvent. Je la passai autour de mon cou, et me jurai de ne jamais m'en séparer. Dans les document de mon père se trouvait l'adresse de Tulio, son assassin, ou plutôt devrais-je dire, les adresses.
Huit ans après, je n'avais toujours pas oubliée, et j'avais toujours en travers de la gorge ce double meurtre du 10 octobre 2006. De trouver l'adresse officielle de Tulio me rassura. Bientôt, j'en aurai fini avec la peur.


I'm not afraid, I'm not afraid
To take a stand,
We'll walk this world together through the storm
Whatever weather, cold or warm.


Je n'avais aucun plan. Aucune idée de ce qui pourrait bien se produire lorsque je me présenterais devant lui. J'étais presque les mains dans les poches. J'avais seulement un couteau papillon, un nouveau revolver et un poing américain. J'ai débarqué dans ce bistrot d'un quartier mal famé d'Oslo, un endroit ou il assurait une sorte de permanence pour tous ceux qui souhaitaient lui parler. Pour arriver jusqu'à lui, trois barrages de sécurité. Je les ai passés. Mon revolver fut confisqué au premier barrage. Mon poing américain au deuxième. Et au troisième, fouille au corps. J'ai passé tout ça sans broncher, déclinant mon identité, sans essayer de me cacher. Ma première réaction lorsque je le vis fut... dégoût. Je ressentis un dégoût immense pour cet homme que je n'avais jamais vu, et mon bras parti sans que je cherche à le retenir, et il reçu un coup de poing dans le nez. Immédiatement, deux de ses gardes du corps me saisirent, et j'eus beau me débattre, rien à faire. J'entendis seulement : « Passez à cette petite l'envie de venger ses parents... » Ils ont bien essayé, mais mon envie de vengeance était tenace. J'avais deux côtes cassées, l'épaule droite déboîtée, un coquard, une dent cassée, la pommette en feu, et des hématomes partout. J'ai bien du passer deux heures roulée en boule dans le caniveau derrière le bistrot à essayer de passer au dessus de ma souffrance physique et de la honte que j'avais ressentis. Puis, j'ai appelé Dino et Amund qui m'ont à demi portée jusqu'à chez Pietr. Et j'ai cuvé ma douleur dans la froide solitude de ma chambre, avec les reproches de Pietr qui passait régulièrement s'enquérir de mes blessures. Jusqu'alors, j'avais été orgueilleuse, et avais souvent présumé de mes forces, me retrouvant dans des situations pas possibles. Désormais, je connaissais ma leçon. La vengeance est un plat qui se mange froid. Un jour mes parents seraient vengés, mais en attendant, je devais faire preuve de prudence, et non d'orgueil.


Look at me, look at you,
Take my revenge that's what I'm gonna do,
I'm a warrior baby, what else is new,
And my blade's gonna tear through you


Dès lors, j'ai su que j'aurais besoin de puissance et d'alliés. J'ai alors deux ans plus tard, je rejoignis le gang rival de celui de Tulio. Le patron de mon père : Les Russes. Je suis donc rentrée dans le trafic de drogue et d'armes. Je suis aussi entrée à l'université, en médecine. Je n'avais aucunement l'intention de faire médecin et de sauver des vies. Ma seule motivation était d'assez bien connaître le corps humain pour savoir quelles blessures infliger à Tulio, pour le faire souffrir longtemps et le torturer de plaies béantes et sanglantes, sans le tuer encore. Je souhaitais voir sa vie se terminer dans une lente agonie. Mais après deux première années, on m'a dit que j'étais bien gentille, mais que dans leur intérêt et surtout dans celui de leurs statistiques, il était préférable que je m'en aille, deux années d'échec ne leur avaient pas plu, alors... Il m'ont demandé de partir.
J'avais presque vingt et un ans, lorsque j'ai tué un homme pour la première fois. C'était un ordre d'exécution. Un client qui n'avait pas payé ses dettes, et qui avait fait preuve d'insolence. La sentence était la mort. J'étais accompagnée par Nicholas, plus vieux que moi, son premier meurtre commençait à dater, et il était chargé de terminer le boulot si je m'en montrais incapable, j'ai bien compris que si je n'en étais pas capable, je serais la prochaine victime sur la liste. Alors j'ai obéi. J'ai tué le client d'une balle dans la tête et deux dans le cœur, comme on m'avait montré, comme on avait tué mes parents. Celà faisait environ six mois que j'avais rejoins la mafia russe, et déjà du sang commençait à couler sur mes mains. Déjà je sus, que ce ne serait pas la dernière fois.


You know that I will soon take my gun.
My gun to shoot him down.
Someone please call 911, I'm about to shoot him, to shoot him down,
down.


Puis j'ai atteint ma majorité. J'ai prit un petit appartement, pas très loin de celui de Pietr. Ma vie n'était pas passionnante, pleine d'embûches. Quand on travaille dans le trafic de drogue ou d'armement, rien n'est vraiment tranquille. Je bossais plus ou moins pour le père de Amund, qui tenait un bar. Parfois je me pointais, passais la soirée en tant que serveuse, et repartais avec un peu d'argent.
Une nuit, j'entendis du bruit. Je me levai et sortis de ma chambre. Quelqu'un était en train de forcer ma serrure. C'était soit un cambrioleur, soit quelqu'un qui venait pour me tuer. Dino ou Amund m'auraient appelée avant de venir et n'auraient pas forcé ma serrure. Quand à Steve, il avait un double des clefs. Je suis donc allée dans ma cuisine, et j'ai pris ce que j'ai pu trouver pour me défendre. Je n'avais aucunement l'intention d'utiliser une arme à feu pour laquelle je n'avais aucun permis chez moi. J'ai empoigné deux couteaux. Un gros et un petit. Et j'ai attendu que l'inconnu ouvre la porte, me cachant derrière J'ai entendu le clic dans ma serrure, et la porte s'entrouvrit. La première chose que je vis, fut le canon d'un revolver. Un coup de genoux dans la porte, et l'arme tomba, laissant résonner un coup de feu dans tout l'immeuble. Un coup de pied et elle glissa à l'autre bout de mon appartement. La porte s'ouvrit, et fracassa mon mur, ou le crépi tomba. L'homme entra, et sorti un deuxième flingue, et un couteau. Lança ce dernier alors que je me baissais pour me cacher derrière le plan de travail de la cuisine. Puis un deuxième coup de feu, retentit. Derrière moi, des verres éclatèrent projetant des éclats aux quatre coins de l'appartement. C'était malin, j'étais pieds nus. Tant pis. Je me levai, et lançai dans un même geste, mon petit couteau en direction de l'homme en noir. Mais manquai ma cible. Je me suis cachée de nouveau, tendant l'oreille au moindre son. Mais rien, le silence régnait. Recroquevillée j'attendais dans l'angoisse que l'homme fasse du bruit afin de le repérer et de le tuer. Puis... Surprise, il tourna à l'angle pointant son flingue, à peine le temps de me lever, que le coup parti et me toucha à la cheville. Je bondis sur lui pour l'empêcher d'utiliser à nouveau son revolver, et celui-ci tomba. Il me restait un couteau, qui se tourna vers lui, puis vers moi, et finalement, vers lui, alors que je lui faisais tomber un paquet de farine ouvert dessus pour l'aveugler. Et la lame s'enfonça dans sa gorge. Le sang me gicla à la figure, et la résistance de l'homme se fit de moins en moins faible, et il fini par s'écrouler au sol. Je me laissai glisser le long de mon mur, pantelante, exténuée, et j'entendis au loin la sirène des flics. J'étais en état de choc. Ce n'était que la deuxième vie que je prenais. Et j'avais l'impression que je ne m'y habituerais jamais.


N'entends-tu pas ce soir
chanter le chant des morts
A la mémoire de ceux
qui sont tombés pour toi ?


Deux minutes plus tard, ils se pointèrent devant ma porte, armes dégainées. Il me pointèrent un lampe torche sur le visage et me demandèrent de me lever, mains en l'air. J'obtempérais, tremblante, choquée, j'avais envie de vomir, j'avais du mal à fermer les yeux sans voir son visage dans ses derniers instants. Ils m'énoncèrent mes droits et me posèrent des questions. Oui je l'avais tué, non je ne le connaissais pas, oui je me suis simplement défendue. On me demanda de m'habiller rapidement, et je finis une fois de plus au poste, mais cette fois-ci, je n'étais pas totalement en tord. Une fois là-bas, j'appelai Pietr pour le mettre au courant. Il arriva en un quart d'heure plus tard, la joue encore incrustée des plis des draps.
Le mois suivant, je fus jugée, et acquittée pour légitime défense. Peu après, je me fis tatouer le deuxième avant bras.


Oh yes I was arrested
Oh god how I protested
They beat me with a board
It hurt just like a sword


Depuis je mène toujours ma vie, je fais collection des cicatrices, et je me drogue toujours autant. J'ai déménagé après cette histoire, mais je n'ai pas changé de quartier. Cet hiver je suis allée en France pour prendre quelques semaines de vacances, et je suis toujours autant célibataire. Les relations stables ne me conviennent toujours pas. Je suis trop obsédée par mon envie de vengeance et par la drogue. Un jour, tout s'arrêtera, et je deviendrai peut-être quelqu'un de bien, abandonnant ma vie de l'ombre, qui sait. Pour l'instant, j'attends mon heure.



Vous voulez savoir qui se cache derrière l'écran ! Alors moi c'est Jacks et j'ai 21 ans, oui c'est vieux hein ! J'ai découvert le forum sur Facebook et je suis vraiment content(e) de l'avoir trouvé. Je le trouve attirant et à priori, intéressant. Quant au code du règlement, vous pensiez m'avoir...pfff c'était tellement évident, c'est validée par Nevada.
RUSSIA POWAAA(A)AAA!! (x



Fiche de présentation codée par (c) Nono. Toute reproduction est interdite.


Dernière édition par Winemina Lullaby Vodyakov le Mar 25 Juin - 0:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Michelle Rodriguez
Messages : 642
Date d'inscription : 12/04/2013

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Lun 24 Juin - 23:34

Bienvenue sur le forum !

A peine ouvert et on se retrouve envahie de Russe ! J'en connais un qui va être content !

Si tu as des questions hésite pas Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Dianna Agron
Messages : 194
Date d'inscription : 23/05/2013
Age : 24

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Lun 24 Juin - 23:42

Bienvenuuuue !

Bon courage pour ta fiche ! Very Happy

_________________

Don't dream it's over
“'Cause we are living in a material world , and i am a material girl.”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winemina Lullaby Vodyakov
▌BORN TO BE WILD▐
I will not bow

avatar
Avatar : Mary-Kate Olsen
Localisation : Oslo
Messages : 9
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Lun 24 Juin - 23:44

Merci à vous deux (;
C'est bien simple, en général, je joue ou des français, ou des russes, ou des persos à double nationalité, avec une des deux (x
Je pense que je m'en sortirais, mais en cas, si besoin d'aide, je sais ou te trouver (;



EDIT : Je pense avoir terminé (;

_________________








Born to be wild


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Amber Heard
Messages : 105
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Mar 25 Juin - 1:07

Bienvenuuuuuuuuuuue !!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Localisation : On top of the World.. MY world.
Messages : 420
Date d'inscription : 12/04/2013

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Mar 25 Juin - 8:17

Wiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii des ruuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuusses. En plus des jolies filles! J'vais pouvoir comparer avec Diana, héhéhé...

_________________

Russian Crime Lord
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Michelle Rodriguez
Messages : 642
Date d'inscription : 12/04/2013

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Mar 25 Juin - 12:08

Pour moi ta fiche est ok. Je laisse tout de même Vlad jeter un oeil vu que c'est lui le Russe !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winemina Lullaby Vodyakov
▌BORN TO BE WILD▐
I will not bow

avatar
Avatar : Mary-Kate Olsen
Localisation : Oslo
Messages : 9
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Mar 25 Juin - 12:36

Merciii (: 
J'attends Vlad alours (:

_________________








Born to be wild


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Amber Heard
Messages : 105
Date d'inscription : 31/05/2013

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Mar 25 Juin - 21:05

Comparer ? Je sens qu'on va pas être amies <3 j'ai hate !!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Avatar : Michelle Rodriguez
Messages : 642
Date d'inscription : 12/04/2013

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Mar 25 Juin - 21:20

Je veux pas te faire attendre plus longtemps ! Tant pour Vladounet !


Te voilà validé(e)




Bravo, on dirait bien que tu viens de passer la douane sans problème. A présent tu vas pouvoir te balader dans la dangereuse ville qu'est devenue Oslo. Mais avant tout, il te faudra passer pour recenser ton avatar histoire de bien être en règle de ce côté-là. Si tu veux des amis, des ennemis... enfin c'est ta vie, les liens que tu as c'est ton problème, tu n'auras qu'a créer ton sujet dans la partie liens. De même pour tes sujets, si tu veux faire un joli listing pour pouvoir t'y retrouver plus facilement, tu devras créer également un sujet dans la partie sujets. Enfin, si tu veux te la péter "grave" auprès des autres avec un joli rang qui claque bien, tu n'as qu'à te rendre dans demande de rang. Il te faudra également dire quel métier tu exerces, pour qu'on ait un aperçu rapide et global, des fois qu'un mafieux ait besoin de toi pour ta spécialité. Pour ça, il te faudra le faire dans recenser son métier. Si un jour tu sais que tu dois t'absenter un long moment, les patrons aiment en être informés dans la partie absences. Bien sûr on est prêt à t'écouter si besoin, dans ce cas tu viendras nous poser tes questions et suggestions dans la partie suggestions. Je pense t'avoir tout dit petit ! Maintenant tu peux voler de tes propres ailes et évite de te faire tuer, ce serait bête, après c'est moi qui doit venir nettoyer !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winemina Lullaby Vodyakov
▌BORN TO BE WILD▐
I will not bow

avatar
Avatar : Mary-Kate Olsen
Localisation : Oslo
Messages : 9
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Mar 25 Juin - 21:40

MERCIIIIIIIIII !! (:

_________________








Born to be wild


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Localisation : On top of the World.. MY world.
Messages : 420
Date d'inscription : 12/04/2013

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Mer 26 Juin - 5:30

J'étais sur mon tel, je ne pouvais pas trop répondre. Mais oui, tout était bon pour moi. Bienvienduuuuuuuuuuuuuuuue:heart:

_________________

Russian Crime Lord
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Winemina Lullaby Vodyakov
▌BORN TO BE WILD▐
I will not bow

avatar
Avatar : Mary-Kate Olsen
Localisation : Oslo
Messages : 9
Date d'inscription : 24/06/2013
Age : 26

MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   Mer 26 Juin - 17:07

Coooool !! Very Happy

_________________








Born to be wild


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La drogue est le nomadisme de l'exclu.   

Revenir en haut Aller en bas
 

La drogue est le nomadisme de l'exclu.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tout-en-un Idéo : Exclu Web et Parrainage cumulable ?
» Exclu: Le paiement à partir de 3 Fois, prochainement pour le renouvellement
» EXCLU: FemToCell Bouygues Telecom dès cet été ?
» Internet : une drogue
» Cross [ God Phoenix, Eva Prod, 20eme JE, Exclu Akross, Master Phoenix, Phoenix Member, King Phoenix, Barrack Obama Phoenix]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Power to kill :: Partie Administrative :: Vos papiers :: Papiers validés-